ARRET DE LA WEBRADIO MARANATHA77 TOUT LE MOIS D'AOÛT. QUE DIEU VOUS BENISSE ET VOUS GARDE.
MARANATHA77 DANS D'AUTRES LANGUES
LE MESSAGE DU JOUR
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
La neutralité conduit à l'impuissance
de DIVERS AUTEURS
LA PENSEE DU JOUR
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
Le solitaire
Psaume 68: 6
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
Jésus (Yeshoua) s'est révélé à un juif orthodoxe / DIVERS AUTEURS
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
MESSAGE TEXTE
Retour
Le pardon
de LES ECHOS DE LA VERITE
Paul dit : «Pardonnez comme Dieu vous a pardonné en Christ.»



«Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ» (Éphésiens 4:32).

 

 

Je ne suis pas très bon pour ce qui concerne la pratique du pardon. Je me débrouille assez bien de ne pas m’offenser face à du simple mépris ou des écarts mineurs de conduite. Mais, bien que ce soit un bon trait de caractère, ne pas s’offenser n’est pas la même chose que le pardon. Pour commencer, on ne peut pas pardonner une action qui n’a pas créé une offense.

 

Je suppose que j’arrive à ne pas me venger de ceux qui m’ont vraiment offensé. Si on m’assène un coup de poing sur le nez, il est très probable que je ne vais pas répliquer.

 

J’arrive bien aussi à pardonner quand celui qui m’a offensé s’excuse en défendant ses actions par des mots qui expliquent qu’il n’avait pas l’intention de faire du mal et qu’il n’a même pas envisagé qu’il causerait de la souffrance. C’était une erreur, commise sans méchanceté ni intention d’infliger le mal.

 

Et je peux pardonner quand cela m’amène à me sentir supérieur d’avoir pardonné. Cela ouvre la porte de ma propre justice, la satisfaction de moi en pensant que je me suis élevé au dessus de la vertu des simples mortels.

 

Je peux aussi pardonner à mes amis et à mes proches dont je désire garder l’affection. Perdre leur amitié et la douce compagnie qu’ils m’offrent serait un coût trop élevé à payer pour simplement garder le privilège d’être rancunier.

 

Mais Paul dit : «Pardonnez comme Dieu vous a pardonné en Christ.» Je ne pense pas que je sois très bon dans la pratique de ce genre de pardon. Il s’agit de pardonner des actions remplies de haine et de méchanceté, quand celui qui les a commises l’a fait précisément pour causer le plus de mal possible.

 

Pardonner comme Christ, c’est pardonner les actions qui ont produit un mal irréparable et dont l’auteur est incapable de rétablir ce qui est juste. Si, par exemple, dans un accès de rage, mon voisin a tué mon animal de compagnie préféré, il n’y aucun moyen de réparer la chose. Et je ne pense pas que je pourrais manifester ce genre de pardon à son égard.

 

Le pardon dont Paul parle consiste à pardonner à grand coût pour soi. «Pardonner» est en fait un terme qui appartient au domaine de la comptabilité. On efface une dette. Quand un créditeur efface ma dette, ce n’est pas comme si elle n’était pas payée. Cela signifie que ce créditeur a payé ma dette en prenant sur lui le coût de ce que je devais payer. C’est pourquoi l’apôtre dit : «en Christ». Dieu efface notre dette en la payant lui-même en la personne de son Fils, le Seigneur Jésus-Christ.

 

Pardonner comme Christ, c’est pardonner de telle sorte à oublier l’offense. Quand, au travers du prophète Jérémie, Dieu annonce la nouvelle alliance de l’Évangile, une des caractéristiques de cette nouvelle alliance qui la différenciait de l’ancienne alliance du Sinaï est ceci : «Je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché» (31:34).Cela ne signifie pas que Dieu laisse de côté la réalité de notre péché. Ce serait impossible. Le mot utilisé peut se traduire par «je ne vais plus le garder en mémoire», ou «je ne vais plus reparler de la chose.» Autrement dit, Dieu déclare que les péchés de son peuple ne font plus partie de l’équation qui détermine comment il les regarde ou les traite. Si l’action de quelqu’un m’offense profondément, il me faudra beaucoup de temps avant que la vue de cette personne ne ravive le souvenir du mal qu’elle m’a fait, si même j’y arrive un jour. Ne pas incorporer cette offense commise contre moi comme critère de la manière dont je perçois cette personne est une chose très difficile, pour ne pas dire impossible.

 

Non, vraiment, je ne suis pas bon dans cette question de pardonner. Mais, Dieu merci, il pardonne, lui ! Effectivement, il pardonne toute sorte de péché, ainsi que la haine, la rébellion et la méchanceté qui l’ont motivé. Son pardon ne se contente pas de suspendre la punition, mais il fait que l’offense n’est plus prise en compte. Et (merveilleuse expression de sa grâce) son pardon restaure complètement la relation qui a été brisée. Il restaure le pécheur rebelle à la place de fils. Pour moi, il est merveilleux de penser que mon péché a plus de chance de m’empêcher d’aller vers Dieu que de l’empêcher de m’accepter quand je m’approche de lui. Je m’émerveille à penser que Dieu est plus prêt de m’accorder une place autour de sa table que moi, dans mon péché, je suis prêt à prendre cette place avec confiance. Il est plus prêt à pardonner que je ne le suis à être pardonné !

 

Nous faisons de notre mieux pour pardonner, mais nous ne serons jamais capables de pardonner comme Dieu nous a pardonné, par amour pour Christ. Tout simplement, nous ne sommes pas aussi bons que Dieu. Mais c’est une grande joie pour moi de savoir que Dieu, mon Sauveur, est bien meilleur que moi dans cette question de pardon. Sinon, je n’aurais aucune véritable et solide espérance de jouir d’une éternité bénie !

 

JosephTerrell

 

Source : https://echosdelaverite.wixsite.com

 




Retour

 

 

 

© 2017 Ministère Maranatha 77 "Jésus revient bientôt" | Page d'accueil | Nous contacter